Le Machu Picchu : vite pendant qu’il est encore temps !

Le Voyaging > Article > Le Machu Picchu : vite pendant qu’il est encore temps !

Le Machu Picchu émerge de la brume et nous voici replongés dans l’âge d’or des civilisations précolombiennes. Dominant la Vallée Sacrée des Incas, les ruines séculaires des temples sont longtemps restées un mystère. Des nombreux archéologues sont venus y chercher les traces de Vilcabamba, la cité perdue mythologique. Si aujourd’hui, plus de 400 000 personnes visitent chaque année ses célèbres terrasses de pierre, combien de secrets restent à dévoiler, en attendant les projets de téléphériques ?

La Ville Sacrée des Incas

Quand il découvrit le site en 1913, Hiram Bingham pensa avoir trouvé en pleine jungle les vestiges de Vilcabamba, la mythique cité perdue de l’empire Inca. Il faut dire que l’ensemble archéologique avait de quoi surprendre, perdu aux confins des Andes et de la forêt amazonienne. À la fois sanctuaire religieux et cité impériale, cet ensemble architectural inachevé était resté endormi depuis son abandon au XVème siècle pour des raisons toujours mystérieuses.
Si la section agricole, reconnaissable à ses champs en terrasse, était encore habitée et exploitée lors de sa redécouverte, la partie urbaine avait été ensevelie par la jungle. La végétation laissait deviner un large ensemble urbain ponctué de lieux de cultes. Depuis, de nombreux efforts ont été entrepris pour dégager les vestiges de la cité, jusqu’à son classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. On chemine désormais parmi les longues allées de pierre à ciel ouvert qui relient le quartier sacré au quartier des nobles. Depuis les terrasses de la partie agricole, on peut admirer les bouillonnements d’écume du fleuve Urubamba qui baigne les pieds du mont.

Le Pèlerinage de l ’Inca

Le Machu Picchu était un site essentiel de la culture et de la religion Inca. Il est ainsi placé de manière à permettre la vénération des principaux apus, ou montagnes sacrées, de la religion Inca. Les jours importants du calendrier, on peut voir le soleil se lever sur ces sommets. Au sommet du Huyana Picchu, directement vers le soleil, le regard croise la célèbre Pierre Intihuatana, située sur le point le plus haut du site, et rejoint au loin le Mont Salcantay, l’apus le plus célèbre de la cosmogonie Inca. Selon l’archéologue Giulio Magli, le voyage de Cuzco au Machu Picchu permettait aux pèlerins de reproduire le voyage céleste du peuple Inca de l’Île du Soleil vers le Lac Titicaca. Il en veut pour preuve le chemin difficile de la Piste de l’Inca que l’on peut encore emprunter aujourd’hui et auquel des esprits plus pratiques auraient préféré un chemin longeant les rives du fleuve Urubamba.

Le mystère reste entier

Au Machu Picchu, le combat contre la végétation se poursuit : la jungle s’évertue à vouloir recouvrir la cité. En témoigne les efforts constants des équipes du site pour arracher la moindre pousse ayant tenté de faire son nid sur les pierres des terrasses. Tout laisse ainsi penser que l’on ne connaît qu’une partie des vestiges présents sur place. Le site est entouré par une végétation dense qui semble percée de nombreux tunnels s’enfonçant sous la canopée : autant de pistes ouvertes pour explorer les abords du site où les équipes d’archéologues sont toujours à l’oeuvre.

Admin TUI
A propos de l'auteur

Avec plus de 50 ans d’expertise, TUI, numéro 1 mondial du voyage, conçoit pour vous une offre complète et adaptée à toutes vos envies de vacances.